Journalier 2021- Les dieux athées
Vieil intello
Qu’est-ce que tu bouffes ? De la viande… Humaine ?

Vieux pêcheur


Vieil intello
Tu bouffes de la viande humaine !

Vieux pêcheur


Vieil intello
… Mais ça n’a aucun bon sens. Aucun. Aucun !

Vieux pêcheur


Vieil intello
Je te parle ! Mais regarde-moi au moins !

Vieux pêcheur
Je mange.



Comme je vous l'ai déjà murmuré, le silence, c'est la liberté. La liberté de choisir notre être ou notre personnage. Le silence, c'est ma respiration devant cet horizon sans portes, qui s'offre à moi à tous ces instants où je ne pense pas. Le silence est l'hôte de tous les possibles. Il me permet de créer des images nobles ou infectes, d'engendrer autant la compassion que la vengeance, d'imaginer autant des environnements fantaisistes que réalistes. Souvent, ce sont tous ces contraires qui s'unissent pour célébrer la vie de ces réels divergents qui me fondent.



Et voilà, j’ai commencé ce texte en parlant de la perception que l’on a de moi, c’est-à-dire comme étant un être complexe, dans les nuages, improductif. On a réussi à imposer l’idée que la vie trouve son origine dans les liens sociaux : pas de liens, pas de vie. Mais moi, ce que j’ai vu, tout au long de ma vie, c’est que ces liens sociaux sont à peu près devenus des pulsions de domination. Je peux vous assurer que, contrairement à ce que l’on laisse entendre, hors de la société, non seulement il y a de la vie, mais c’est bien là qu’elle se trouve et s’épanouit.